Webdesign Friday (#wdfr) - La communauté des webdesigners francophones

Les vendredis Webdesign !Chaque semaine, un nouvel article par un professionnel du Web.

Web needs You!

Web needs You!

Le Web évolue. Il évolue même très vite. Au point même que les usagers en cernent les avancées plusieurs mois après leur mise en place. Et encore.

Ok, ce n’est pas un scoop, mais il fallait bien une introduction.

Constatons

Si on y réfléchit un peu, qui au juste pousse à cette évolution constante ?

Ce sont les constructeurs de supports de consultation ! Des grands groupes comme Samsung, Apple, Asus, HTC, LG, Sony, Philips, Nokia, etc. pour ne citer qu’eux. Des groupes aux moyens marketing très importants leur permettant de vanter les mérites de leurs devices de plus en plus performants, de plus en plus novateurs. Des devices qui demandent, du même coup, de plus en plus de connaissances techniques à ceux qui les exploitent, c’est-à-dire nous, les Web designers.

Je rappelle que je ne parle ici que de Web. Le reste couvrirait un sujet beaucoup trop vaste.

La multiplication des devices

On assiste effectivement à une multiplication impressionnante des devices depuis ces dernières années. Et c’est justement là qu’est le problème : on ne fait qu’y assister ! Ne serait-il pas temps de participer, voire même d’anticiper ?

C’est le sujet qu’a voulu traiter Francis Chouquet lors d’une conférence informelle du Paris Web : « Comment gérer la multiplication des devices ? ».

À cette conférence, il y avait pourtant du beau monde. Le débat avait bien démarré, on discutait responsive, bien sûr, et des moyens actuellement possibles pour tester. Kaelig Deloumeau-Prigent, nous a notamment fait part de son expérience particulière et souvent utopique pour la plupart d’entre nous : si des devices en particuliers nécessitent d’être testés, on les achète, tout simplement. Rien de mieux que le support réel.

Malheureusement, la durée imposée du débat ne nous a pas permis d’aller assez loin. Nous avons tout de même eu la possibilité d’animer un atelier d’une durée plus conséquente sur ce même sujet le samedi.

Avec entre autres Stéphanie Walter, Enza Chaffron, Raphaël Goetter, Nicolas Torres, Nicolas Hoffmann, Maurice Svay, Erwann Mest, nous sommes arrivés à un relatif consensus au bout d’une heure et demie…

Gérer la multiplication des devices est une problématique actuelle et récente. On connaît tous des moyens plus ou moins onéreux, plus ou moins compliqués à mettre en place, et on sait pertinemment que ça va devenir de plus en plus difficile. La question a donc évolué en « Comment anticiper sur la multiplication des devices ? ».

Pour illustrer mon propos, connaissez-vous la résolution du dernier MacBook Pro 15 pouces ? 2880 x 1800 ! Également, plus d’un an avant sa sortie, Sony a annoncé que sa prochaine PlayStation 4 supportera une résolution de 4096 x 3072 ! Pas besoin de vous faire un dessin : le Web, ce n’est définitivement plus du 72dpi (coco) !

En y réfléchissant, on se rend compte qu’il est en fait impossible d’anticiper, car qui peut réellement parier sur des évolutions ? En confrontant les expériences et avis de chacun, nous avons conclu que la solution, si tant est qu’elle existe, serait une plate-forme communautaire qui permettrait la proposition de nouvelles fonctionnalités afin de les transmettre à « ceux qui développent les navigateurs ».

La communauté d’acteurs du Web est une ressource de matière grise non négligeable pour eux !

La solution

À cette édition du Paris Web, j’ai également eu l’occasion de rencontrer Karl Dubost. Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, de 2000 à 2008, il a été Web Community Liaison, HTML WG staff contact, QA Activity Lead et Conformance Manager pour le W3C. Il a également travaillé comme Web Opener pour Opera Software de 2010 à 2012.

Après d’enrichissants échanges lors de l’atelier « La clinique des navigateurs » puis par mail, j’ai appris que cette plate-forme existait déjà : Les W3C Community and Business Groups.

Pour être honnête, je me suis pris une grosse claque dans l’ego. « Bien joué, Karl ! C’est réussi ! ». Sérieusement, comment se fait-il que moi qui me tiens au courant en permanence de ce qu’il se passe sur le Web, de ses avancées, qui cherche à apporter mon petit caillou à cet édifice mondial, je n’étais pas au fait de l’existence de cette communauté ?!

C’est pour tenter de combler ce manque de communication et diffuser la bonne parole que je laisse la place à Karl afin qu’il présente cette plate-forme, son contexte, sa création, son but, ses ambitions.

Les W3C Community and Business Groups

(par Karl Dubost)

Le Web est un lieu technologique ouvert en évolution. Le débat d’idées y est fréquent et nécessaire, ce qui génère du conflit. Le W3C est un organisme qui permet de gérer ce conflit, de l’organiser et de le canaliser dans une discussion positive. L’organisme est financé à travers différentes sources de revenus : les membres (entreprises, organisations, gouvernements, etc.) et les donations sur des projets précis. Une grande partie de son activité est rendue possible grâce au temps bénévole ou salarié des individus qui y participent.

Le W3C a été créé en octobre 1994. Son mode de fonctionnement évolue en fonction des circonstances et des besoins de la communauté (industrie et participants du Web). Certaines de ces évolutions ont été radicales. En 2002, la communauté open source était insatisfaite par les termes des licences des normes du W3C. Les normes étaient publiées avec une licence permettant aux participants des groupes d’implémenter la technologie mais sans pour autant lever le risque des brevets pour les groupes externes au W3C. Une discussion passionnée s’est soldée finalement en mai 2003 par l’annonce de Tim Berners-Lee (inventeur du Web et directeur du W3C) de la Royalty Free Patent Policy. Toutes normes du W3C sont maintenant publiées de façon à ce que chaque développeur n’ait pas à craindre un brevet.

Le W3C est un organisme en mouvement dont le mode de fonctionnement dépend des communautés qui y participent. Il est important de s’impliquer et de faire entendre sa voix pour y créer du changement.

Le Web s’est étendu à de nombreux domaines de la société touchant un public de plus en plus large avec des ressources (temps et argent) très différentes. Le W3C initialement permettait uniquement aux membres payants (ainsi que quelques invités experts) de participer aux groupes de travail : la participation bénévole sous forme de commentaires et d’implémentations externes au W3C. Un sentiment de participation à double vitesse des communautés externes s’est formalisée. Après de nombreuses discussions et de commentaires de la communauté, les community groups ont été créés.

Les community groups sont une plate-forme pour permettre à tous de travailler ensemble sur un sujet donné du Web. Il suffit de posséder un compte public au W3C afin de pouvoir commencer à proposer un groupe. Une fois que le groupe a été appuyé par cinq personnes, le travail peut débuter. L’ouverture d’un groupe fournit une ou plusieurs listes de discussions, un blog du groupe, un wiki, un canal IRC. Sur demande, il est également possible d’obtenir un issue tracker ainsi qu’un espace Mercurial. Les participants sont finalement libres de contribuer à leur manière et de s’auto-organiser autour d’un sujet spécifique. Ils peuvent même bénéficier sans obligations du mode de contributions sous la politique de licence Royalty Free.

L’enjeu donc n’est plus le frein à la participation mais la motivation même des participants à concrètement s’impliquer. Les community groups déplacent la zone de friction précédente du « nous n’avons pas le droit de participer » vers « nous devons nous impliquer ». En cela, c’est intéressant, il ne tient qu’à vous de rendre le groupe actif et productif. C’est peut-être là la plus grande difficulté.

Les résultats d’un community group peuvent permettre d’aider le travail d’un groupe de travail du W3C, mais ce n’est pas la seule possibilité. Il est tout à fait possible pour les participants de produire un ou des documents autonomes pour les besoins d’une communauté spécifique. Le champ des possibles est vaste. Il ne tient qu’à vous de créer et contribuer à la communauté. Cependant il est essentiel de se souvenir que votre enjeu n’est pas toujours le problème des autres communautés. La création d’un community group ne se traduit pas nécessairement par le succès de votre idée, mais peut vous aider à déterminer si l’idée était mature ou avait les bons participants pour qu’elle se réalise. La création du groupe n’est que le premier 1% du travail. Le 99% restant est votre implication dans la vie du groupe.

Bon courage !

Le Web a besoin de nous

Désormais, vous connaissez cette plate-forme. Jetez-y un coup d’oeil, regardez ce qu’il s’y passe, lisez… Ce sont ces premiers pas qui vous amèneront peut-être à participer, et contribuer à l’élaboration de solutions pour « gérer la multiplication des devices ».

Qu’en dites-vous ?

Pour aller plus loin

A propos de l'auteur : Matthieu Bué

Je suis Web designer, intégrateur spécialisé on-page SEO, formateur, résidant à Bordeaux, spécialisé dans les dernières technologies d'édition Web, notamment en responsive, HTML5, CSS3, jQuery et accessibilité. Trouvez-moi sur Twitter et Google+, ou visitez matthieubue.com et twikito.com.

  • Trollinside

    Les picoprojecteurs se démocratisent.. comment gérer l’affichage quand on projette un site à courte distance (une zone de quelques pouces) ou au contraire sur un mur entier.. Fuuuu

  • http://twitter.com/nammu_seb Sébastien Leroux

    Ctrl-Shift-M sous Firefox, ça peut aider. :)

  • http://gasteroprod.com/ Nicolas Hoizey

    J’ai fait une réaction détaillée sur mon blog, j’ai trop de mal avec Disqus et être concis comme sur Twitter aurait été réducteur et potentiellement mal interprété :

    http://gasteroprod.com/blog/l-avenir-du-web-se-prepare-aujourd-hui

  • http://twitter.com/Nico3333fr Nicolas Hoffmann

    Je remets ma réponse ici.

    Alors clarifions : j’étais à cet atelier, et si l’article peut induire en erreur, le fond du propos n’était PAS ça :

    la multiplication des devices n’était pas le problème en soi, mais le
    constat était surtout de dire que la multiplication des devices sans
    que les devs/intés puissent faire remonter leurs besoins pour satisfaire
    tout le monde (sans avoir d’interlocuteur en somme) était une horreur à
    gérer.

    En clair, vous voulez du retina ou je ne sais quoi, pas de souci on
    s’adapte, mais où est-ce qu’on toque à la porte pour expliquer les
    problèmes que cela nous pose pour le faire bien ?

    On parlait juste des problèmes que ça génère chez les web designers
    pour le gérer correctement, et de construire des solutions avec les
    navigateurs, les concepteurs des standards, car “nos bricolages actuels
    ne sont pas suffisants pour le gérer correctement”. (je schématise à
    fond le propos pour que tu comprennes l’idée)

    Et du coup => les community groups.

  • http://twitter.com/Twikito Matthieu Bué

    (Je remets ma réponse ici également)

    Mon propos concernant la PS4 était peut-être un peu trop “sensationnalisé”, effectivement. Je voulais simplement appuyer le fait que la disparité entre les résolutions d’écran va (encore) s’agrandir : si la PS4 gère une résolution de 4k pixels (qu’importe son viewport), elle aura très certainement une télévision pour l’exploiter, et les autres supports lui emboîteront le pas, comme à chaque fois.

    Si on ne trouve pas de solution aux problèmes actuels (qui, je peux consentir à le dire, sont relativement négligeable la plupart du temps), ils deviendront une bête noir à 5 têtes plus tard, et il faudra probablement choisir son/ses supports de diffusion, non-plus adapter le contenu à tous.

    En fait, je pense avoir mis trop de sous-entendus dans cet exemple. Ma faute :)

  • http://twitter.com/Twikito Matthieu Bué

    Ou Adobe Edge Inspect ! ;)

  • http://twitter.com/nammu_seb Sébastien Leroux

    J’ai pas encore eu le temps de le tester celui là. Il sert juste à faire des animations en Canvas non ? ( Merci pour l’astuce en tout cas. )

  • http://twitter.com/Twikito Matthieu Bué

    Heu non, ça sert à prévisualiser et contrôler des contenus Web sur différents terminaux. Très utile !

  • http://twitter.com/exootia xavier bellion

    Tu confond avec Adobe Edge Animation ;)

Live Tweet

Dans le Blog

Newsletter

Vous souhaitez être tenu au courant des dernières nouvelles concernant le WDfriday, événements, conférences, barcamps, etc… ?

N'hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter !